Dans un livre, Paul Amar révèle que Jean-Pierre Elkabbach aurait demandé en 1993 à Nicolas Sarkozy de le faire nommer à la tête de France Télévisions en échange d'un soutien des chaînes publiques à Edouard Balladur pour la présidentielle de 1995.

C'est un livre riche en révélations et en réglements de comptes que vient de publier Paul Amar. L'ancien présentateur du JT de France 2 de 1992 à 1994 revient dans "Blessures" sur plus de quarante ans de carrière qui l'ont notamment mené de France Inter à Antenne 2, en passant par TF1 et France 5.

Pacte Secret

Parmi ces révélations, une ne manquera pas de créer la polémique. Paul Amar révèle ainsi dans son livre un pacte secret qu'aurait conclu Jean-Pierre Elkabbach et Nicolas Sarkozy au début des années 1990. Le journaliste politique qui briguait alors la présidence de France Télévisions (qu'il obtiendra finalement en décembre 1993), aurait demandé à l'époque à Nicolas Sarkozy, jeune ministre du budget et proche du Premier ministre Edouard Balladur, de lui faire obtenir le poste qu'il convoitait. En échange, Jean-Pierre Elkabbach se serait engagé à user de son influence sur les antennes de France Télévisions pour faire élire Edouard Balladur à la présidence de la République en 1995.

Invité de Philippe Vandel dans "Tout et son contraire" sur France Info aujourd'hui, Paul Amar est revenu sur cette révélation explosive contenue dans son livre. Il a ainsi raconté que ce pacte secret lui aurait été révélé par Nicolas Sarkozy lui-même lors d'une rencontre quelques mois après son départ du JT de France 2. Alors qu'il l'interrogeait sur les raisons de la nomination de Jean-Pierre Elkabbach à la tête de France Télévisions et non de son concurrent, Jean-Marie Cavada, le ministre du budget de l'époque lui aurait déclaré : "Avec Elkabbach, on pouvait s'entendre". Nicolas Sarkozy aurait ensuite ajouté ce jour-là face à un Paul Amar interloqué : "Elkabbach est venu me voir et m'a proposé la chose suivante : 'Fais-moi élire président de France Télévisions, je te fais élire Balladur président'".

Gants de boxe

Pour convaincre de la partialité supposée de son patron de l'époque vis-à-vis d'Edouard Balladur, Paul Amar évoque aussi dans son livre les circonstances de son éviction du 20 Heures de France 2 en 1994. Cette dernière faisait suite à la fameuse séquence dite "des gants de boxe" au cours de laquelle Paul Amar avait fait scandale en proposant à ses deux débatteurs du jour, Bernard Tapie et Jean-Marie Le Pen, d'échanger sur son plateau armés de gants de boxe.

"Ce débat m'était imposé. La rédaction n'avait pas été associée" a expliqué Paul Amar au micro de France Info pour justifier cette initiative qu'il a prise seul et sans en informer les équipes du 20 Heures. Paul Amar a ainsi raconté avoir donné ce jour-là sa démission avant de se raviser dans la journée à la demande de la rédaction de la chaîne. "Les jeunes confrères me disaient : 'On a besoin de toi pour la présidentielle'" a raconté l'ancien présentateur de JT. Avant d'ajouter, accusateur : "Ils avaient parfaitement compris le fonctionnement d'Elkabbach".

Paul Amar raconte aussi que Jean-Pierre Elkabbach lui aurait affirmé lors de son éviction : "La rédaction te soutient mais je n'accepte pas que tu discutes sans cesse mes ordres. Tu dois démissionner". Le patron de France Télévisions de l'époque aurait ensuite ajouté : "Comment, si tu restes au 20 Heures, vas-tu te comporter vis-à-vis de Balladur et de Chirac pendant la campagne présidentielle".

puremedias.com vous propose de réécouter l'interview de Paul Amar aujourd'hui sur France Info.

Voir sur le site puremedias.com
Outbrain