Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a examiné le bilan de temps de parole et de temps d'antenne des candidats à l'élection présidentielle.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel a estimé ce mercredi que le temps de parole et d'antenne du candidat Les Républicains, François Fillon était "anormalement élevé" par rapport aux autres partis politiques. Comme chaque semaine depuis le 1er février, le CSA examine le bilan des temps de parole et des temps d'antenne de chaque candidat à l'élection présidentielle.

"Des circonstances particulières"

"A moins de 15 jours de la fin de la première période d'équité qui s'achève par la publication de la liste officielle des candidats à la présidentielle, le Conseil a constaté que la part des temps de parole et d'antenne de M. Fillon était anormalement élevée", souligne le communiqué des Sages, ajoutant que le CSA "est conscient des circonstances particulières de la couverture médiatique de la campagne de ce candidat."

Le gendarme de l'audiovisuel précise être "néanmoins préoccupé de la possibilité pour les autres candidats de bénéficier d'ici la fin de la période d'une exposition équilibrée au regard du principe d'équité et demande instamment aux éditeurs d'y veiller."

Depuis les révélations du "Canard enchaîné" début février 2017 sur des présumés emplois fictifs de Penelope Fillon, l'actualité de la campagne électorale pour la présidentielle est trustée par les rebondissements de l'affaire, laissant peu de place aux autres candidats. En effet, François Fillon a bénéficié à plusieurs reprises d'invitations sur des plateaux télé pour s'expliquer sur l'affaire et rappeler qu'il maintenait sa candidature. Son temps de parole ne devrait pas baisser puisqu'il devrait être mis en examen le 15 mars prochain, occasionnant sans doute de nouvelles prises de parole.

Voir sur le site puremedias.com
Outbrain