Faustine Bollaert invitée de #QHM
L'animatrice est aux commandes de "Ca commence aujourd'hui" tous les après-midi sur France 2.

Nouvelle aventure pour Faustine Bollaert. Transfuge du groupe M6, l'ancienne animatrice du "Meilleur pâtissier" a pris les commandes de "Ca commence aujourd'hui", émission de témoignages produite par Réservoir Prod et diffusée tous les jours à 13h55 sur France 2. Un mois après ses premiers pas dans ce nouvel exercice, l'animatrice était ce mercredi l'invitée du quatrième numéro de #QHM sur puremedias.com. Au cours de ce "Quart d'heure médias", elle a évoqué ce nouveau pari, mais aussi son départ de M6, la censure de la pastille "Vu" par France 2 ou encore sa participation à "Pékin Express" et le public plus âgé de France 2.

"On m'a appris à ne pas fuir l'émotion"

Sur ses premiers pas sur France 2
Je commence à prendre mes marques. Je commence à m'habituer au rythme de la quotidienne, avec la pression que ça implique tous les matins au niveau des audiences. Je commence à voir les sujets dans lesquels nos téléspectatrices se reconnaissent beaucoup. On commence à affiner les choses et moi, je ne me suis jamais sentie aussi bien.

Sur le rythme de tournage
J'ai une semaine off et une semaine où je tourne dix ou douze émissions en trois jours. On se met dans un tunnel où on est hors du temps, on ne voit pas la lumière du jour, et on enchaîne des histoires que je me prends vraiment dans la figure. C'est un tunnel d'émotion pendant trois jours et j'adore ça ! Plus rien n'existe, ça aide à la concentration. C'est fatigant, certes, mais ça aide à être dans l'empathie avec les gens.

Sur les audiences
On ne fait que monter ! Tous les voyants sont au vert, on est hyper content ! Evidemment, tous les jours je regarde les audiences du programme, et j'ai tellement mal vécu les trois premières semaines. Je me liquéfiais tous les matins ! Tous les jours, entre 9h et 10h, j'étais injoignable ! En deuxième mois, j'ai pris beaucoup de recul, et les audiences étaient meilleures, donc ça m'arrangeait !

Sur l'adaptation nécessaire à son nouveau rôle
On m'a appris à ne pas fuir l'émotion. Comme je viens du divertissement, j'avais tendance à animer donc parfois, quand je voyais qu'il y avait une séquence très intense, j'avais tendance à faire une pirouette pour dédramatiser. J'ai appris à aller plus fouiller, creuser, et à me mettre plus au rythme de l'après-midi. Le rythme est beaucoup plus lent l'après-midi.

"Ma grande crainte, c'était que le public n'ait plus le goût du testimonial"

Sur les thèmes abordés, parfois très lourds
On aborde des thèmes lourds mais toujours sous un angle positif, ce n'est jamais lourd pour être lourd. On essaye toujours d'avancer, c'est toujours optimiste. Après, quand j'ai rencontré Caroline Got de France 2, elle m'a dit que pour présenter cette émission, il fallait avoir une vie privée extrêmement stable et solide. C'est rentré dans une oreille et sorti par l'autre. Mais c'est vrai ! Une fois qu'on a été le réceptacle de toutes ces émotions, c'est très important de pouvoir rentrer le soir, d'embrasser ses enfants, son mari, on est une famille aimante, très structurée, et ça me permet de ne pas me laisser envahir trop. Il faut avoir les reins solides et une vie privée extrêmement sereine.

Sur les émissions de témoignages
Il y a encore des histoires à raconter, la preuve, on en raconte tous les jours ! Ma grande crainte, c'était de savoir s'il y avait encore un goût du testimonial chez les téléspectateurs. Donc on a fait des études. On aurait pu faire une excellente émission mais les gens n'adhèrent plus au genre. Mais là, la preuve est qu'il y a encore une envie d'écouter ces histoires. Après, le public a un peu changé. Il y a des choses qui sont passées par là, les attentats, etc, je pense qu'on n'a pas envie de noirceur, on veut du feel good, de l'optimisme. Et c'est pour ça que je collais bien à cette version de l'émission de témoignage. On est toujours vers la lumière, le positif.

Sur son implication dans le choix des sujets
Je suis un peu trop impliquée, si j'en crois ma productrice ! (Rires) On est très en fusion et très raccord. J'ai présenté une émission de témoignage à la radio pendant quatre ans donc je sais les sujets qui marchent, ceux qui font réagir... On s'appelle 15 fois par jour pour essayer d'aller dans la bonne direction.

"Je ne suis pas sûre que je souhaite à qui que ce soit de reprendre 'L'amour est dans le pré'"

Sur son départ de M6
Je n'ai pas de regret, mais j'ai des regrets de gens, je suis nostalgique de certaines amitiés que j'avais formées. Le soir du "Meilleur pâtissier", je n'en mènerai pas large parce que je vais les regarder, ça va m'énerver, je vais me dire qu'ils me manquent. Mais ce n'est pas parce qu'on est nostalgique qu'on n'est pas heureux dans sa nouvelle vie. Je suis très heureuse du virage que j'ai pris, mais "Le Meilleur pâtissier" restera toujours un peu ma famille, même si je souhaite bonne chance à Julia.

Sur la succession de Karine Le Marchand à la tête de "L'Amour est dans le pré"
J'aurais bien aimé ! Je trouve que c'est une très belle émission, très chouette, avec beaucoup d'empathie, mais je trouve que Karine le fait incroyablement bien, donc je ne suis pas sûre que je souhaite à qui que ce soit de reprendre l'émission. Elle est vraiment très, très emblématique du programme.

Sur son rôle dans le succès du "Meilleur pâtissier"
Karine est toute seule. Dans "Le Meilleur pâtissier", la vraie star, c'est les gâteaux, les pâtissiers et Cyril Lignac et Mercotte ! Moi, je pense que j'étais un bon ingrédient d'une bonne mayonnaise. Je pense que j'étais plus importante qu'ils ne le pensaient - mais je n'ai aucune doute que l'émission va continuer à cartonner sans moi, ce n'est pas l'animatrice qui fait le programme.

"La suppression de 'Vu', je ne la vis pas comme de la censure"

Sur "Le Meilleur pâtissier - Les professionnels"
J'ai vécu une vraie rencontre avec les quatre membres du jury, et je ne me suis mis aucune pression. Ca a plutôt bien marché, c'était tout nouveau. Après, je pense que malgré tout je reste très attachée à la fraîcheur de la version amateurs. Il y avait une certaine froideur, mais je pense qu'ils vont corriger le tir. Après, c'était une saison 1 ! Regardez la première saison du "Meilleur pâtissier", ce n'est plus la même chose qu'en saison 5. Ils se sont calés, et ça sera mieux la saison prochaine !

Sur la censure de "Vu" par France 2 suite au clash Rousseau/Angot dans "ONPC"
Je trouve ça bien de se remettre en question. Je sais que la direction de France 2 a reçu énormément de lettres, et peut-être qu'ils ne se sont pas rendu compte de l'impact que ça allait avoir. Ne pas aller attiser les choses en rediffusant cette séquence, je me dis "pourquoi pas ?". Je ne le vis pas comme de la censure, plutôt de l'auto-censure.

Sur la saison 4 spéciale célébrités de "The Island"
On ne m'a pas du tout contactée ! J'ai fait "Pékin Express" une fois et ça m'a largement suffi ! C'était un formidable souvenir. Après, j'étais fière de l'avoir fait, c'est bon pour l'estime de soi et on peut le rajouter sur son CV. Mais "The Island", c'est d'une violence ! Enfin, pas d'une violence... Mais se retrouver sur une île déserte, à se filmer... Ce n'est pas mon rêve, c'est le rêve de mon mari ! Après, j'adore ce type d'émissions mais je ne suis pas du tout bonne cliente.

"Sur 'Rising Star', beaucoup de choses m'ont un peu abîmée"

Sur l'éventualité de partir "A l'état sauvage" avec Mike Horn
Je n'aurais pas eu envie de le faire, je m'en serais rendue malade, mais j'y serais allée en me transcendant comme Christophe Dechavanne et j'aurais été contente de le faire. A chaque fois, je trouve que c'est une très belle émission, et j'aime voir le changement dans les personnalités au fur à mesure de l'aventure.

Sur la guerre des talk shows d'access
J'avoue être assez heureuse du succès d'Anne-Elisabeth Lemoine. J'aime beaucoup la fille. Je ne la connais pas. Je suis assez fière que ce soit un joker qui ait repris le rôle d'un titulaire. Je trouve que c'est rare. Elle le mérite. Je suis un peu "girl-power" à cette heure. Ca me fait plaisir de voir une femme qui fait le même score que "Touche pas à mon poste". C'est une belle émission !

Sur "Rising Star" sur M6
Je ne peux pas dire que j'ai regretté. Il y a eu des conditions très difficiles, pour plein de raisons humaines. Après, j'ai adoré ce que ça m'a apporté. Je voulais me frotter à ce gros barnum. Je voulais être en direct. Je voulais me rendre compte ce que ça faisait de se retrouver face à 4 millions de personnes... le premier soir ! Mais avec du recul, il y a beaucoup de choses qui m'ont un peu abîmée.

"'Dilemme' était un peu la tête de turc du moment"

Sur "Dilemme", qu'elle a animé sur W9
"Dilemme" est un formidable souvenir. Je me suis beaucoup amusée. Je n'ai aucun regret. Seulement, à l'époque, les gens disaient que c'était l'émission la plus trash que la télé ait connue. Depuis, j'ai vu 100.000 fois pire. "Dilemme" était la tête de turc du moment. L'émission a un peu pris pour les autres. Mais, moi, à animer, je me suis extrêmement amusée, et ça je le garde comme souvenir !

Sur Jean-Marc Morandini et Patrick Sébastien
Je ne tirerai pas dans les pattes de Jean-Marc parce que je saurai me souvenir de ce qu'il m'a apporté. Patrick Sébastien m'a vraiment appris à assumer ce que j'étais en télé. Un jour, juste avant d'arriver à l'antenne en direct, il a balancé toutes les fiches que j'avais préparées. Il m'a dit "Tu vas apprendre ce que c'est que de faire la télé. Tu te planteras, tu seras familière, mais les gens t'aimeront pour ce que tu es". C'est un des meilleurs conseils qu'on ait pu me donner.

Voir sur le site puremedias.com
Outbrain